Le système monétaire augmente les inégalités

Comme la quasi-totalité de l’argent en circulation a été “prêtée” par les banques, quelqu’un quelque part doit payer les intérêts sur ces prêts. Ces paiements d’intérêts ont l’effet de redistribuer l’argent des 90% de la population du bas vers les 10% en haut. En même temps, l’augmentation des prix de l’immobilier et l’instabilité financière augmentent le gouffre entre les pauvres et les riches.

1. Le système distribue l’argent vers les 10% les plus riches

Parce qu’environ 93% de l’argent de la zone Euro est créée par les banques, quelqu’un doit payer des intérêts sur presque tout notre argent. Les 90% de la population du bas paient plus d’intérêts à des banques qu’ils ne reçoivent d’elles, ce qui se traduit par une redistribution des revenus des 90% de la population du bas vers les 10 % les plus riches. Collectivement, nous payons des centaines de millions d’euros chaque jour en intérêts sur les prêts personnels (hors hypothèques), et un total de plusieurs centaines de milliards par année en intérêts sur toutes nos dettes.

Distribution relative de la fuite des richesses vers le secteur bancaire

2. Le système transfère de l’argent de l’économie réelle vers les banques

Les entreprises sont aussi dans une situation similaire . L’économie «réelle» (non financière), l’économie productive, a besoin d’argent pour fonctionner, mais parce que tout l’argent est créé comme dette, ce secteur doit aussi payer des intérêts aux banques pour fonctionner . Cela signifie que les entreprises et donc l’ économie réelle – commerces, bureaux, usines , etc – finissent par subventionner le secteur bancaire.

3. Ce système transfert l’argent vers Paris

Les banques paient leurs personnels sur leurs profits, qui en grande partie viennent de l’intérêt qu’elles perçoivent sur les prêts. Parce que la plupart du personnel de banque gagnant de hauts revenus sont à Paris, cela se traduit par un transfert géographique de la richesse vers la capitale.

4. L’instabilité que provoque le système signifie que les emplois temporaires et faiblement rémunérés ne sont pas sûrs

Lorsque les banques provoquent une crise financière, celle-ci conduit au chômage. Typiquement ce sont les travailleurs contractuels mal payés et temporaires qui sont les premiers à être licenciés, de sorte que l’instabilité de l’économie a un effet plus important sur les personnes à faible revenus ayant des emplois précaires.

5. Les prix élevés de l’immobilier augmentent les inégalités

Lorsque les prix de l’immobilier sont poussés à la hausse par la création de monnaie par les banques, ce sont les personnes à faibles revenus qui souffrent le plus. Les personnes à faibles revenus ne peuvent souvent pas obtenir un prêt hypothécaire assez grand pour acheter une maison, afin de ne pas profiter de la hausse des prix des logements. Pendant ce temps, ceux qui peuvent emprunter peuvent acheter plusieurs maisons pour les louer et ainsi de bénéficier de l’inflation artificielle des prix des logements. Les jeunes perdent également puisque le coût d’achat de leur première maison va prendre une quantité toujours plus grande de leurs revenus, tandis que les personnes âgées et les retraités qui possèdent des maisons sont avantagés. Tout cela accroît les inégalités entre les différents groupes de revenus et entre les jeunes et les vieux .

Les preuves

Les preuves compilées dans ce papier suggèrent que le système monétaire contribue de plusieurs manières à l’élargissement des inégalités.

Si on veut combattre l’inégalité, il faut changer notre système monétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *